L'argile

Le décor
Le décor
 
Objet de nombreux livres, ce mot, que ce soit en poterie, céramique ou peinture, peut être décliné à l'infini. C'est par le décor que la pièce prend toute sa force et que l'artiste, l'artisan ou le néophyte marque sa personnalité.
 
Selon l'état de l'argile, il existe cinq grands groupes de décors. Ces quelques pages doivent vous permettre de comprendre la base des différentes techniques, notamment :
 
  • finition d'un pot (anse, bec, couvercle, poignées)
  • La ANSE
    Elle est le plus souvent façonnée par étirage de l'argile.
    Prendre la même argile que le pot, la façonner en forme de cône.
    Travailler obligatoirement avec les mains mouillées.
    Tenir l'argile et l'étirer vers le basl'autre main.
    Fermement tenue entre le pouce et l'index, la pâte s'allonge et s'amincit.
    L'anse à bonne longueur est mise à sécher légèrement avant d'être lutée sur le pot.
    On peut aussi lutée le cône d'argile sur le pot puis étirer selon le procédé cité dessus.
     
    La pression exercée doit être toujours être la même.
    La anse doit être positionnée correctement, juste en face du bec et son extrémité doit s'aligner exactement sous celui de l'attache supérieure.
    Le BEC
    Pour un pichet, le bec est obtenu avec un léger pincement et un étirement de l'argile dans la partie supérieure du pot. Il faut veiller à bien soutenir la terre avec une main pendant que l'on étire avec l'autre.
     
    Pour une théière, il faut prendre un gabarit du bec désiré et l'adapter à la forme de la théière. Ce gabarit est posé et découpé dans la plaque d'argile.
    On le laisse légèrement sécher.
    Préparer l'encoche sur la théière, à l'endroit qui recevra le bec.
    On lutinera soigneusement et on renforcera à l'aide de petits colombins sur le pourtour du bec.
    Le COUVERCLE
    Il existe au moins 6 formes de couvercle décrites dans les livres de potiers.
    Le plus usité,  s'obtient en prenant le gabarit de l'ouverture désirée pour la boîte.
    Il est découpé dans une plaque.
    Sur une faceon lutinera un petit colombin à 1 cm de bord du couvercle. Il sera délicatement fermé avec de la barbotine avant de passer une éponge humide sur toutes la surface.
    Sur l'autre face on incise le centre du couvercle et on colle, à la barbotine, une boule d'argile que l'on modèle ensuite à la forme désirée.
    Les POIGNEES
    Il existe une multitude de formes mais il ne faut pas négliger le côté pratique.
    Faire un gabarit. Coupez l'argile selon la forme voulue.
    L'enduire de barbotine ainsi que le pot.
    Fixer la poignée tout en la soutenant avec les doigts.
    Lutiner un colombin très fin sur le dessous, lisser doucement.
     
  • décor sur pièces humide et tendre (empreintes, mélange des pâtes)
  •  
  • décor sur pièces ayant acquis la consistance cuire (gravure, ajouts, engobe)
  •  
  • décor sur pièces sèches (réserves, gravures, oxydes, pigments)
  •  
  • décor sur pièces biscuitées (émaux)
  •  
  • décor sur les pièces émaillées (réserves, décor peint sur ou sous émail
  •  
    Page d'accueil    |     Productions    |     L'argile    |     Cours et stages    |     Accès et Contact    |     Liens    |     Echos Presse    |     Plan du site